Lord Yehudi Menuhin

“Maintenant, je sais qu’il y a un Dieu dans le ciel !” se serait exclamé Albert Einstein en embrassant Yehudi Menuhin, âgé de 13 ans à peine, dans la Philharmonie de Berlin. Lord Yehudi Menuhin, né il y a exactement cent ans, était le plus célèbre virtuose du violon du 20e siècle. Il était déjà considéré comme un enfant prodige à l’âge de sept ans, après avoir brillé devant 9000 spectateurs à San Francisco avec une interprétation sensible du concerto pour violon de Mendelssohn Bartholdy.

A dix ans, il jouait à Paris, à onze ans au Carnegie Hall de New York. Mais Menuhin, qui a également mené une carrière mondiale en tant que chef d’orchestre, était plus qu’un génie musical. Il était une instance humaniste, un professeur d’humanité, comme Einstein l’a un jour qualifié. Il s’est engagé en faveur des droits de l’homme en URSS et en Chine, à une époque où cela était impopulaire. Avec plus de 500 concerts pendant la Seconde Guerre mondiale, il a aidé les victimes de la guerre et les enfants réfugiés, s’est produit en 1945 devant les libérés du camp de concentration de Bergen-Belsen, et dans Berlin en ruines, il a joué ostensiblement sous la direction de l’ostracisé Wilhelm Furtwängler, le chef d’orchestre préféré d’Hitler. En tant que cofondateur du mouvement des citoyens du monde, il a mis en garde contre les guerres économiques mondiales néolibérales auxquelles nous assistons actuellement. Rita Süssmuth, alors présidente du Bundestag allemand, a constaté dans un article de presse, à l’occasion du 50e anniversaire du Mouvement des citoyens du monde, né à Paris en 1948, que les droits de l’homme n’auraient probablement jamais été proclamés “si, en 1948 à Paris, quelques courageux comme le philosophe Albert Camus, l’ancien pilote de bombardier américain Garry Davis et Yehudi Menuhin n’avaient pas fait publiquement pression sur les membres de l’ONU”.

Pourquoi racontons-nous tout cela ? Parce qu’Eric Bihl, le président de l’association Equilibrismus e.V., a eu l’occasion de rencontrer personnellement Yehudi Menuhin, anobli par la reine d’Angleterre en 1985, peu avant sa mort. Lord Yehudi Menuhin ne cessait en effet de rappeler haut et fort la fragile unité de la planète Terre. Et c’est précisément cet engagement qui nous a poussés à prendre contact avec cet homme exceptionnel. Nous avons communiqué pendant six mois, jusqu’à ce que Menuhin nous demande, en décembre 1998, de lui envoyer notre dossier de presse, qui expliquait en détail la philosophie et l’objectif de L’Équilibrisme.

Le 10 janvier 1999, nous avons reçu une lettre de remerciement personnelle du maestro, qui avait très vite saisi le principe de L’Équilibrisme. Cela nous a donné l’idée de lui demander de préfacer le livre en cours d’élaboration “Équilibrisme – De nouvelles voies plutôt que des réformes pour un monde en équilibre”, ce pour quoi nous avons reçu une réponse étonnamment rapide. Sept semaines plus tard, le 23 février, nous recevions un fax de sa secrétaire par lequel Yehudi Menuhin invitait Eric Bihl à le rencontrer le 2 mars dans sa suite de l’hôtel Vier Jahreszeiten de Munich, juste après un concert (ce devait être son dernier). La rencontre fut empreinte d’une grande cordialité et d’une grande sympathie. Lord Menuhin s’est même montré prêt à continuer à nous soutenir vigoureusement au-delà de la préface. Aurions-nous pu rêver d’un meilleur soutien ? Après cet entretien exceptionnellement stimulant, Menuhin a accompagné son invité Eric Bihl dans l’ascenseur qui descendait jusqu’au portail d’entrée, où ils se sont quittés confiants dans la cause commune. Dix jours plus tard, le 12 mars 1999, c’est le choc. La nouvelle fit le tour du monde : Lord Yehudi Menuhin était décédé à l’âge de 82 ans des suites d’une bronchite fébrile lors de sa tournée allemande à Berlin.

Mehudin-Eric1-l

L’esprit de ce grand homme nous accompagne encore aujourd’hui, nous sommes toujours en pensée avec lui. Gelegentlich fragen wir uns, welche Macht uns wohl an einer fruchtbaren Zusammenarbeit hindern wollte. Mais bien sûr, de telles questions sont futiles, la vie et la mort ont leurs propres lois, personne ne le savait probablement mieux que le maestro…