Idées de L'Équilibrisme

Partant du constat que les chemins empruntés aujourd’hui nous mènent à des catastrophes de plus en plus dévastatrices, tant sur le plan économique que social, mais surtout écologique, nous voulons montrer à la politique, qui prend ses décisions au gré de l’économie et la propage comme étant sans alternative, comment éviter le désastre qui s’annonce. Mais il s’agit avant tout de faire comprendre aux citoyens qu’il existe un autre monde, un monde meilleur. Les gens voient bien que le système actuel ne fonctionne pas, mais ils restent extrêmement sceptiques face à tout nouveau concept. Pour la plupart, les changements ne sont envisageables qu’au sein du système existant.

Or, nous n’avons pas affaire à des erreurs dans le système, mais à un système défectueux. . S’attaquer aux symptômes ne nous mènera nulle part, nous devons prendre un virage radical et nous attaquer aux causes d’une évolution fatale. Mais cela n’est possible que si nous nous détachons mentalement du système existant. Il faut donc présenter la nouveauté comme une unité complexe pour obtenir l’adhésion des gens.

Là où l’évolution se faisait en millions d’années et – quand elle était rapide – en milliers d’années, en avançant toujours très prudemment, nous appuyons sur l’accélérateur et apportons des changements toutes les heures. L’astrophysicien Peter Kafka a appelé ce phénomène “crise d’accélération globale” : nous n’avons pas le temps de contrôler les résultats, de tester les effets d’une intervention. Tous les nouveaux développements doivent être mis en œuvre le plus rapidement possible et à l’échelle mondiale afin de récupérer les investissements.

Nous faisons levier sur le monde pour le faire sortir de ses gonds, alors que nous ne sommes pas en mesure de le maintenir ensuite en équilibre ; il s’écroulera donc sur nous et nous enterrera. Mais comme ils sont nombreux à avoir fait levier à différents endroits, personne ne se sentira responsable, personne ne sera appelé à rendre des comptes – mais nous devrons tous en assumer les conséquences. C’est ainsi que le prétendu homo oeconomicus procède avec son environnement : il dépense d’abord beaucoup d’argent pour le détruire, puis il investit des sommes colossales pour le sauver.

Le rôle de l’homme dans la poursuite de la vie sur cette terre est aussi décisif que le travail d’un restaurateur pour une œuvre d’art endommagée. S’il utilise les bons matériaux et considère son travail comme un service à l’original, celui-ci sera sauvé. En revanche, s’il pense pouvoir mettre en œuvre de meilleures idées que l’auteur de l’œuvre avec des moyens qu’il a lui-même développés, même le reste existant sera encore détruit.

Après l’éclatement de l’URSS et l’unification allemande, il a été considéré comme définitivement prouvé que le capitalisme était le seul système économique et social qui fonctionnait, car il était couronné de succès. Les voix qui s’élevaient pour avertir que le communisme était certes mort, mais que le capitalisme était malade et qu’il n’y avait donc aucune raison de se réjouir, ont été rejetées comme étant non qualifiées. Ce n’est que depuis que la fièvre des marchés financiers a atteint des sommets si menaçants que l’ensemble du système monétaire et, avec lui, l’économie réelle menacent de s’effondrer, avec des conséquences dramatiques pour la démocratie, que l’on peut réfléchir à haute voix au revers de notre ordre économique.

La critique du capitalisme est désormais de bon ton Elle se limite toutefois aux “excès” et les revendications visent en conséquence à “apprivoiser le capitalisme prédateur” et à “revenir à l’économie sociale de marché”. Cette dernière est présentée comme la bonne forme du capitalisme ; ses ingrédients consistent en un mélange de commandements étatiques et d’autolimitation personnelle empreinte de morale. Mais la grande question reste la suivante : pourquoi voulons-nous domestiquer un prédateur qui a l’indomptabilité et le désir d’expansion dans le sang jusqu’à l’autodestruction ? N’y a-t-il vraiment pas d’autre alternative au capitalisme que le socialisme/communisme ?

L’association Equilibrismus e.V., dont le siège est à Munich, fait la promotion d’un concept entièrement nouveau et affirme que le capitalisme et le communisme ont plus de points communs que de choses qui les séparent, dont avant tout l’obligation d’exploiter les ressources naturelles et humaines de manière impitoyable.

Le concept d’Équilibrisme aspire à un équilibre entre l’écologie, l’économie, la politique, le social et le culturel. A une époque où la pensée exclusivement économique se répand et où l’économie devient omnipotente au niveau mondial, cet objectif est plus urgent que jamais“. – C’est par ces mots que Sir Peter Ustinov a soutenu, peu avant sa mort, les efforts de L’Équilibrisme dans sa préface au livre du même nom.

Ce qui distingue L’Équilibrisme de tous les autres concepts, c’est avant tout son orientation biocentrique au lieu de la vision anthropocentrique que l’on rencontre habituellement. Tant que l’homme se perçoit comme étant au-dessus de la nature et donc séparé d’elle, il contribue par ses activités à la déstabiliser et à créer des déséquilibres. Tant que l’homme se perçoit comme étant au-dessus de la nature et donc séparé d’elle, il contribue par ses activités à la déstabiliser et à créer des déséquilibres.

Afin de transmettre les idées de L’Équilibrisme à un public plus large que celui d’un livre de vulgarisation, le roman d’anticipation “Le projet Tahiti ” (Prix allemand de la science-fiction 2009) et la trilogie Maeva qui en découle ont été créés en collaboration avec le célèbre journaliste et auteur de science-fiction allemand Dirk C. Fleck. D’une part, “Le projet Tahiti ” contient tous les ingrédients d’un “éco-thriller” pur jus, mais il montre en même temps comment les alternatives écologiques, économiques et politiques peuvent conduire à un véritable progrès si elles sont coordonnées dans un système global. Aucun “retour à la nature” au sens d’une perte de bien-être n’est prôné, mais une vie enrichie, plus heureuse et durable. Les deux prochains livres de la trilogie Maeva montrent comment une nouvelle conscience s’éveille et s’affirme dans un monde qui s’effondre.

La trilogie n’est pas du tout de la science-fiction – la fiction consiste simplement en ce qu’une société commence à penser et à agir de manière durable en utilisant les possibilités offertes. Nous sommes certains que notre extrapolation littéraire sera adaptée au cinéma, car la réalité les rattrape peu à peu …

Mais le concept théorique de l’ouvrage de vulgarisation et son illustration divertissante dans les romans ne sont que des étapes vers le véritable objectif que vise L’Équilibrisme. Fidèle à la devise : rien n’est plus convaincant qu’un exemple pratique qui fonctionne, un essai pilote doit être initié dans une région du monde sur la base du concept d’Équilibrisme.