Sir Peter Ustinov

Sans le soutien énorme de Sir Peter Ustinov, nous n’aurions pas pu nous remettre sur pied aussi rapidement. Si l’idée de L’Équilibrisme a pu s’imposer avec autant de succès dans l’esprit de nombreuses personnes, c’est avant tout grâce à lui. Vous pouvez lire ici comment est née la collaboration avec cet homme extraordinaire qui se considérait lui-même comme un bâtisseur de ponts vers un monde meilleur.

La première rencontre entre Sir Peter Ustinov et Eric Bihl, le président de l’association Equilibrismus e.V., a eu lieu en octobre 1998 pendant la foire du livre de Francfort. Cette rencontre avait été rendue possible par le WFM Deutschland (World Federalist Movement Germany), la branche allemande des fédéralistes mondiaux, dont Sir Peter était le président depuis 1990. L’Équilibrisme avait déjà collaboré étroitement avec le WFM. Lors de cette rencontre, Sir Peter s’est montré simple, chaleureux et intéressé. Et comme ces qualités s’appliquent également à Eric Bihl, qui aurait pu être son fils, l’alchimie entre les deux a été parfaite dès le début. Ils se sont rencontrés pour la deuxième fois en mai 1999 à La Haye, lors de la “The Hague Appeal for Peace Conference”.

Bihl se souvient avec plaisir de cette rencontre et de la manière dont elle s’est déroulée : “J’ai demandé à deux hôtesses du salon VIP s’il était possible de parler brièvement à Sir Peter, car nous n’avions pas de rendez-vous. À ma grande surprise, elles m’ont conduite à lui sans hésitation. J’étais donc là, devant lui, entouré de prix Nobel et d’autres personnalités importantes. Il m’a accueilli comme un vieil ami. Malheureusement, dans cette agitation, nous n’avions que peu de temps à nous accorder, ce que Sir Peter regrettait autant que moi. Mais il m’a proposé de lui rendre visite dès que possible dans sa maison en Suisse”.

Neuf mois plus tard, le 18 février 2000, c’était chose faite : Eric Bihl rendait visite à Ustinov au bord du lac Léman.

“Sir Peter était assis sur le canapé au milieu de livres empilés”, se souvient-il. “Je lui avais apporté comme cadeau d’accueil Les 29 erreurs autour de l’argent de Helmut Creutz”. Il a pris le livre et s’est mis à rire. “C’est exactement ce qu’il me fallait”, a-t-il dit en faisant un clin d’œil aux nombreux livres qu’il n’avait pas encore lus. “Les heures passées chez lui étaient très agréables, nous parlions de ‘Dieu et du monde’. Et bien sûr aussi du concept d’Équilibrisme, qui prônait un tout nouveau modèle économique socio-écologique”. Ustinov s’est montré très intéressé et c’est ainsi qu’une troisième rencontre a eu lieu cinq semaines plus tard à Munich, où Sir Peter jouait dans le Carnaval des animaux au Prinzregententheater.

Ils se retrouvèrent dans la loge d’Ustinov après la représentation. Là, Bihl reçut de Sir Peter l’assurance qu’il fournirait l’épilogue d’un livre en cours de rédaction, intitulé “Equilibrismus – Neue Konzepte statt Reformen für eine Welt im Gleichgewicht”.

Après de nombreux échanges au cours des deux années suivantes, Bihl trouva dans sa boîte aux lettres une première version de l’épilogue, accompagnée d’un dessin de Sir Peter intitulé Die Wacht am Rhein. (Voir Préface de Sir Peter Ustinov) Il y eut d’autres réunions à Munich, au cours desquelles Ustinov développa une stratégie très particulière pour faire passer les idées de L’Équilibrisme auprès du grand public. Il a ainsi proposé d’écrire un roman sur la base de notre livre, puis d’en faire un film.

Parallèlement, L’Équilibrisme veut prouver, dans une sorte d’essai en laboratoire, qu’un monde meilleur est possible en harmonie avec la nature. Du concept à la réalité en passant par la fiction, telle est sa devise.

Sir Peter Ustinov est décédé en 2004. Il n’a donc pas vu comment nous avons successivement mis en œuvre son idée. Le roman qu’il avait souhaité s’appelle Le Projet Tahiti (paru en 2008) et est devenu un best-seller. Fort de ce constat, l’auteur Dirk C. Fleck a poursuivi le sujet dans deux autres romans. Le Projet Tahiti a été suivi de Maeva (paru en 2012 en livre de poche Le Virus des Mers du Sud). Avec Le feu au pied, Fleck a clôturé en 2015 la trilogie Maeva.

En mai 2015, Eric Bihl s’est rendu sur la tombe de Sir Peter à Bursins, au bord du lac Léman, et a déposé sur sa tombe non seulement un bouquet de fleurs, mais aussi un exemplaire du livre Le Projet Tahiti.

PS : Le musée du cinéma de Düsseldorf est en possession de notre livre documentaire depuis 2009, avec une préface et un dessin de Sir Peter Ustinov. L’occasion était l’exposition “Peter Ustinov – Enfant terrible et gentleman”. Voir l’article

seiltaenzer-web-500x358
balance-ustinov-500x358